• Accueil
  • > Les cafés philosophiques ?

Les cafés philosophiques ?

« Le café philo est une pratique sociale nouvelle de la philosophie, bien que dans la tradition française des cafés littéraires de la philosophie des lumières depuis le 18ième. Il s’est développé en France depuis 1992, où Marc Sautet a lancé la formule au café des Phares (place de la Bastille à Paris). Il s’agit d’une réunion d’environ deux heures où, après le lancement d’une question choisie par vote sur le moment à partir des propositions des participants, ou décidée à l’avance et brièvement introduite, une discussion s’installe, conduite par un animateur, pour tenter de la traiter philosophiquement à partir des échanges entre présents. Il nes’agit donc ni d’un cours, ni d’une conférence suivie de questions, mais d’un débat où chacun peut s’exprimer. Les adversaires du café philo y voient la consécration de l’opinion de la « caverne » de Platon (doxologie), une confusion entre discuter et philosopher, entre philosophie et démocratie, concepts et « sujets desociété », avec des dérives possibles de psychologisation et de sophistique. Ses promoteurs postulent au contraire, dans une perspective démocratique, « l’éducabilité philosophique » de tous, et défendent la possibilité d’apprendre à philosopher en discutant par un travail collectif de critique des préjugés. D’où l’importance, pour le groupe, au-delàde la convivialité et du droit d’expression de chacun, de partager une visée philosophique, c’est à dire des efforts de problématisation, de conceptualisation et d’argumentation rationnelle : c’est le rôle de l’animateur d’y veiller. »

Tozzi Michel, « Les cafés philo » (« définition courte »),

in Dictionnaire international de didactique de la philosophie, novembre 2004 (coord. Ruffaldi)

Article in extenso consultable sur : http://www.philotozzi.com/?p=222 

-

DECLARATION DES CAFES PHILOSOPHIQUES

Premier texte :

L’Assemblée Générale de L’Agora 81, cafés-philo du Tarn et de Revel, réunie au Parc des Expositions de Castres (France), a proclamé le 27 mai 1999 la déclaration suivante :

Article 1 – DU PUBLIC
    Le café philosophique est ouvert à tous les publics, sans distinction de condition sociale, origine, âge, niveau d’étude et culture personnelle.

Art. 2 – DE LA PAROLE
    Chacun a accès à la prise de parole dans le cadre de règles d’échange égalitaires favorisant la participation quelles que soient les qualités oratoires, l’instruction, les connaissances, la culture, les difficultés d’élocution, les éventuels handicaps.

Art. 3 – DU DÉROULEMENT
    Le débat peut être précédé d’un exposé introductif permettant d’entrer dans la problématique du sujet ; la discussion postérieure évitant alors un dialogue systématique avec l’intervenant qui ne se positionne pas en conférencier.

Art. 4 – DE L’EXPOSÉ
    Les participants ont la possibilité, à leur tour, de proposer un sujet et éventuellement de le présenter au terme d’une recherche préparatoire.

Art. 5 – DE L’ORGANISATION
    L’animation et la distribution de parole sont l’objet d’une organisation collégiale, qu’elle soit ou non formée en association, ouverte aux désirs et à la volonté des participants.

Art. 6 – DE L’AUTONOMIE
    Le café philosophique, espace neutre et laïque proposant la liberté de pensée et d’expression et la tolérance mutuelle, est autonome vis-à-vis de tout groupe religieux ou politique et de leurs dogmes et doctrines.

Art. 7 – DE L’ÉTHIQUE
    Le café philosophique refuse les propos racistes ou xénophobes, niant l’humanité au-delà des frontières et rejetant l’égalité en droits proclamée dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 et déjà celle de 1789. Ce postulat éthique fonde l’article premier.

Art. 8 – DE LA CITOYENNETÉ
    Les problématiques du café philosophique concernent également des questions de société ; pour une pratique citoyenne de la philosophie tournée vers l’homme, la cité, et un progrès maîtrisé et choisi par tous.

Art. 9 – DE L’AVENIR
    La présente déclaration n’a pas pour objet de fédérer les cafés philosophiques se reconnaissant ou souhaitant tendre vers ces valeurs et pratiques, mais d’influer sur l’évolution de ce phénomène de société que nous considérons comme une manifestation de la volonté populaire en matière d’expression, d’esprit critique et de démocratie. Ce texte sera porté à la connaissance de tous les cafés-philo qui voient régulièrement le jour partout en France et dans le monde. Il sera modifié et reformulé en une deuxième et plus large déclaration, lors du second colloque international qui se réunira à Castres les 25 et 26 novembre 2000, après discussion et vote de tous les participants.

 Second texte :

Les acteurs du second colloque international de Castres, réunis le 25 novembre 2000, invitant à participer à des cafés-philo et à en créer, proposent les principes suivants :

Article 1 – DU PUBLIC

Le café philosophique est ouvert à tous les publics, sans distinction de condition sociale, origine, âge, niveau d’étude et culture personnelle.

Art. 2 – DE LA PAROLE

Chacun a accès à la prise de parole dans le cadre de règles d’échange égalitaires favorisant la participation quels que soient les qualités oratoires, l’instruction, les connaissances, la culture, les difficultés d’élocution, les éventuels handicaps.

Art. 3 – DU SUJET

Les participants ont la possibilité de proposer un sujet et éventuellement de le présenter.

Art. 4 – DU DÉROULEMENT

Le débat peut s’appuyer sur un texte ou être précédé d’un exposé introductif permettant d’entrer dans la problématique du sujet ; la discussion postérieure évitant alors un dialogue systématique avec l’intervenant qui ne se positionne pas en conférencier.

Art. 5 – DE L’ORGANISATION

L’animation et la distribution de parole peuventêtre l’objet d’une organisation collégiale, spontanée, convenue ou formée en association, ouverteaux désirs et à la volonté des participants.

Art. 6 – DE L’AUTONOMIE

Le café philosophique, espace neutre et laïque proposant la liberté de pensée et d’expression ainsi que l’écoute active et positive, est autonome vis-à-vis de tout groupe religieux ou politique et de leurs dogmes et doctrines. Ecartant toute forme de prosélytisme et de propagande, il permet de réfléchir ensemble afin d’essayer de penser davantage par soi-même.

Art. 7 – DE L’ÉTHIQUE

Le café-philo refuse les propos agressifs, péremptoires ou discriminatoires ainsi que les critiques nominatives, le dépassement des préjugés étant une condition essentielle à une vivacité féconde du débat.

Art. 8 – DE LA CITOYENNETÉ

Les problématiques du café philosophique concernent également des questions de société ; pour une pratique citoyenne de la philosophie tournée vers l’humain, la cité et un progrès véritable, maîtrisé et choisi par tous.

Art. 9 – DE L’AVENIR

La présente déclaration n’a pas pour objet de fédérer les cafés philosophiques se reconnaissant ou souhaitant tendre vers ces valeurs et pratiques, mais d’influer sur l’évolution de ce phénomène de société que nous considérons comme une manifestation de la volonté populaire en matière d’expression, d’esprit critique et de démocratie. Ce texte sera porté à la connaissance de tous les cafés-philo qui voient régulièrement le jour partout en France et dans le monde.

Commentaires desactivés.

Sauvons l'espace vert de La... |
Draa EL Mizan News |
Divers |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dauphin
| ♥ ♥ ♥ ...
| Angel 1805